JLDM2

Jean-Luc De Meyer fut un enfant modèle et un élève assidu, c'est après que ça se gâte. Licencié en Histoire et Maître en Démographie, au lieu de faire prof ou chercheur, il opte successivement, au gré de circonstances favorables, pour la gestion des ressources humaines, les études de marketing (bêêrk), la musique, puis l'immobilier (bêêrk) et l'enseignement (c'est beau mais c'est dur), avant de se tourner tout récemment vers l'étranger, la culture et le rapprochement des peuples.


Depuis toujours, il écrit et/ou chante des textes bizarres qu'il interprète de sa voix caverneuse et dans des tas de pays avec Front 242 surtout (un groupe inoxydable bien connu en Occident), avec Cobalt 60, C-Tec (dans le passé), Modern Cubism, 32crash, les Oiseaux Moqueurs et Underviewer (aujourd'hui et avec des fortunes variables, mais toujours dans la joie et l'enthousiasme) ou d'autres en tant qu'invité occasionnel, ou encore tout seul depuis nettement moins longtemps mais pas mal d'années quand même. Avec tous ses groupes passés ou présents, et hormis l'attrapage d'une schizophrénie tenace, il est probablement le chanteur belge vaguement apparenté 'rock' (si on excepte Annie Cordy) ayant à son atif le record du nombre de concerts à l'étranger (largement plus de mille). Mais il pourrait être devancé dans ce domaine par Dirk Ivens, lui aussi fort actif et scandaleusement increvable.


Il fait aussi l'auteur oulipien, est publié chez Maelström et a fricoté ou fricote à l'occasion avec Théophile de Giraud, André Stas, Noël Godin, Dominique Costermans, Vincent Tholomé, Xavier Lowenthal ou Jean-Pierre Verheggen. Il est également devenu, sur le tard, assez cordialement camarade d'un certain nombre de musiciens alternatifs officiant dans son créneau, tels que The Invincible Spirit, Daniel Myer, Stephan Grothesk, Deine Lakaien, Rummelsnuff et quelques autres encore.


Régulièrement insomniaque, végétarien, cruciverbiste, premier né de sa génération, champion des jeux de mots, non vénal, fin connaisseur de handball (il y joua durant 30 ans, posséda longtemps un abonnement saisonnier à l'USDK Dunkerque, et continue de suivre - bien qu'à distance car il s'est relocalisé récemment dans un petit village du Rheinland-Pfalz - les exploits de son club favori), fan de Géo Norge, de Georges Perec et Pierre Desproges, plein d'aprioris, il s'intéresse assez peu à la musique, à laquelle il préfère largement le silence, la nature, les livres, les animaux (en particulier ses 15 chats d'adoption), l'écriture, le farniente et son lit douillet. Il est à dessein difficilement trouvable sur Facebook et absent des autres réseaux sociaux car il n'a ni le talent ni le narcissisme nécessaires pour faire son autopromotion autrement que de façon ultrabasique, et son honnêteté fondamentale (dont la hauteur himalayenne n'est égalée que par sa modestie légendaire) lui interdit de faire acroire à autrui qu'il est sociable. Il se contente donc de brâmer sur scène et de radoter erratiquement sur ce blog ou -mais plus rarement- en interview (quand il en accepte, car il n'apprécie jamais autant ses contemporains que quand ils lui foutent la paix).


Il fait à l'occasion le guide pour touristes francophones et anglophones dans un très jolie ville d'Allemagne, et envisage avec sérénité la suite et la fin (sans doute assez prochaine car le bougre, déjà fort âgé, est déjà pas mal abimé) de son existence terrestre en se consacrant corps et âme à son travail, études et projets actuels, tout en projetant de ne jamais revenir, dans une vie ultérieure, sur une planète aussi mal fréquentée.

Interêts

dormir, glander, meugler.