08/03/2009

Où l'auteur un brin sadique se propose de faire chauffer les neurones de la frange la plus givrée de son lectorat.-

 

Petit casse-tête du jour

 

Sachant que ce blog compte quelques lecteurs notoirement givrés goûtant pas mal les curiosités du langage, je leur propose un petit défi de nature à leur titiller les synapses. Les neuf phrases apparemment anodines ci-dessous ont toutes la même caractéristique unique et (mine de rien) étonnante. Le premier qui la trouve et m’en avise a droit à toute ma considération.

 

Je sens que j’ai raison.

Tu as dans ton équipe un grand champion.

Il est dans la bonne direction.

Il a dans sa poche une lettre de sa mère.

Il fut jadis aussi rond qu’un tonneau.

Nous en sommes réduits à faire des siestes.

Nous n’avions à l’époque que quelques aéroplanes.

Nous savons, au besoin, encaisser des engueulades.

Mais que faites-vous sur ces cimes ?

 

Bon phosphorage, niark niark.

Les commentaires sont fermés.