14/12/2009

Où l'auteur prodigue avec désintéressement et en nom collectif quelques conseils fort utiles pour survivre élégamment à l'intense vague de froid qui nous arrive de l'Est

 

Intéressons-nous aux diverses manières de recycler créativement en superbes et confortables sièges (voir ci-dessous) nos vieux cartons d’emballage sinon voués à de moins nobles destinées que celle, privilégiée, d'obligeamment recevoir nos augustes derrières.

 

1f11f2

 

1f31f4

 

1f51f6
 

Suivons de près les Championnats du Monde de handball féminin en Chine, pour pallier la carence encourageatrice des autochtones qui n’en ont rien à cirer de ce sport injustement méconnu chez eux : il n’est pas rare de ne compter qu’une poignée de centaines de spectateurs pour des rencontres qui attireraient vingt fois plus de monde en Europe. Pourquoi pas la Coupe du Monde de course de chameaux au Groenland, aussi ? Sinon, rien que du beau jeu handballant et du suce-pince ; bien malin qui pourrait dire aujourd’hui qui l’emportera des Russes, Norvégiennes, Roumaines ou Espagnoles…

Elevons des hordes de lièvres afin de contribuer au développement du râble.

 

Dormons longuement afin de préserver nos corps malingres et de rasséréner nos esprits trop agités.

 

Quand on voit ce qu’est devenu Johnny à 66 ans, célébrons avec ferveur la mémoire d'Elvis qui eut, lui, l'opportune élégance d’en finir à 42, et restons opiniâtrement débranchés des médias décérébrés délirant dans la surenchère éhontée de crétinerie flagornante à l’usage des masses populassières abruties et incultes vautrées dans l'idôlatrie des nullissimités ondesques qui, à longueur d'année, non contents d'étaler avec complaisance dans la presse pipole leurs minables turpitudes et de partouzer dans l'ignominie et sous les nappes avec les moins recommandables de leurs dirigeants politiques au cours d'infâmes orgies à douze mille euro le couvert, nous les brisent menu tant par leurs faciès bovins que par leurs brâmes disgracieux suintant la bêtise et la démagogie. Soucieux de ne point panurger dans les taupinières auto-creusantes d'un dénuement neuronal généralisé qu'on pensait légitimement réservés aux escargots d'élevage voire aux azalées en pot, convenons de nous choisir pour modèles culturels de véritables créateurs ayant au minimum l’œil vif, la répartie alerte, un soupçon d’intelligence et quelque bribe de talent, et cherchons-les loin des projecteurs médiatiques invariablement tournés vers Guignol même et surtout quand il agonise car les hyènes n'ont plus de retenue dès que ça sent à la fois la mort et le pognon.

 

Pour finir sur une note plus gaie, rions à gorge déployée des innombrables prises en flagrant délit des mesquins chipotages et tromperies sans vergogne dont se rendent régulièrement coupables les hommes politiques (de France), et qui sont épinglés dans le jubilatoire Petit Journal du très fort Yann Barthès sur Canal + / Be.TV.

 

Ainsi, à défaut d'être heureux, nous serons au moins occupés à des choses un tant soit peu intéressantes.

Les commentaires sont fermés.