20/04/2010

Où l'auteur de retour de tournée pense et dit du bien d'un groupe belge épatant qui faisait inopinément du bruit dans les mêmes salles que lui

 

La semaine passée, tournée de 5 dates de Front 242 en Allemagne.

 

Business as usual ? Not exactly.

 

D’abord, parce que renouer avec une série de concerts dans des salles moyennes (chacune tournait autour des mille places) plutôt que sur des scènes énormes de festivals, c’était se retrouver au contact rapproché du public, ce qui a toujours été la position préférée du groupe.

 

Ensuite et surtout, parce que nous avions en première partie, outre les germanovétérans d’Orange Sector déjà connus de la plupart des (fort nombreux) spectateurs présents, la crème de la belgozik électromontante, à savoir le duo Soldout qui a ainsi effectué ses premiers pas sur le sol teuton face à un public pas forcément conquis d’avance, mais que Charlotte et David ont su convaincre et enthousiasmer grâce à leurs prestations mélodiques, vitaminées, et chaque soir plus affirmées. Outre qu’ils sont mignons tout plein, magistralement bien assortis, foutrement charmants, rigolos et tout, nos deux lascars sont bien aidés par leurs complices Gaëtan (au son, une bête) et Fred (à la vidéo, une brute) avec qui ils forment un quatuor aussi efficace sur scène que discret (et modeste) en dehors. Croyez-le ou non, même pour les vieux dinosaures que nous sommes, se retrouver sur la route avec des compatriotes talentueux et avenants est un plaisir rare que nous avons savouré avec l’exquisité qui se doit, et je pense que ce fut réciproque. A cet égard, un indice qui ne trompe pas : d’habitude nous ne regardons nos premières parties que distraitement, quelques minutes (voire secondes), depuis les coulisses ; cette fois, nous avons regardé la quasi-totalité de leurs 5 concerts depuis la salle. Et je ne vous raconte pas les délires communs d’après-concert. Ils ont tapé dans l’œil de plusieurs organisateurs présents, et il y a d’ores et déjà des plans pour que nous re-concertions avec eux dans d’autres pays.

 

soldout9665b

La moitié fredonnante de VenduDehors - photo Dominique Houcmant

Bref, une semaine de pur bonheur, avec du gros cartonnage à la clé. Trentième année dans l’électrozik, toujours autant de monde aux concerts avec la même frénésie inextinguible, aucune trace d’ennui à l’horizon, et le plaisir renouvelé et croissant de continuer l’aventure. C’est quasiment un rêve.

 

Soldout joue ce mercredi 21 avril à 23h10 à Louvain-la-Neuve et, sauf décès inopiné ou troisième guerre mondiale, j’y serai.

 

ps : à l'expérience, aux causes possibles de concerto-non-assistance, j'aurais dû ajouter l'endormissage inopiné sur mon confortable divan quelques minutes à peine avant de prendre la route pour rejoindre l'endroit des festivités. Comme quoi, à mon âge avancé, et plus que jamais, la vigilance s'impose. 

Les commentaires sont fermés.