12/05/2010

Où l'auteur, à qui personne n'a rien demandé, tente carrément une première ébauche de testament

D'aussi loin que je me souvienne, j'ai toujours adoré Kraftwerk, Raymond Devos, Pierre Desproges, Georges Perec, le bois, les livres de Pierre Hasaerts et le handball, cru dur comme fer en un Dieu assez peu catholique, eu de l'estime à l'égard des humoristes en général et des enseignants, aimé le chocolat et l'écriture, et voté écolo parce qu'il n'y avait pas de meilleur choix. Sur le tard, j'ai appris à aimer les légumes, rencontré les oeuvres de Géo Norge et Peter Greenaway, et vu le film Magnolia. Tout le reste, hormis quelques rencontres magnifiques (sur lesquelles repose à jamais un voile résolument pudique) et hasards fabuleux, est secondaire.

Les commentaires sont fermés.