25/05/2010

Où l'auteur se délecte des écrits de son auteur préféré

Dans le but de préparer une très sérieuse conférence sur l'Oulipo que je donnerai en septembre prochain devant un parterre de déjà connaisseurs auxquels je n'ai guère envie de raconter des andouilleries approximées et qui donc me contraignent à l'avance à repotasser la matière, je suis actuellement en train de relire La Vie, Mode d'Emploi du génial et givré Georges Perec et, bien évidemment, je me régale. Le petit texte ci-dessous est du même auteur, et celui de mes lecteurs qui n'identifie pas la contrainte sous-jacente est prié de résoudre 100 grilles de Sudoku force 9 avant de remettre les pieds sur ce blog - et je vérifierai !

Chapitre cent-cinquante-cinq (copie certifiée conforme)

Ça commença comme ça : certaines calomnies circulaient,

concernant cinq conseillers civils coloniaux : contrats

commerciaux complaisamment conclus, collaborateurs congédiés,

comptabilités complexes camouflant certaines corruptions

crapuleuses, chantages comminatoires, concussions

classiques... Croyant combattre ces charges confuses,

cinquante commissaires-chefs comiquement conformes (cheveux

châtain clair coupés courts, costume croisé, chemise couleur

chair, cravate café crème, chaussures cloutées convenablement

cirées) contactèrent certain colonel congolais causant

couramment cubain. « Cherchez chez Célestin, Cinq Cours

Clemenceau », chuchota ce centenaire cacochyme constamment

convalescent, « car ce célèbre café-concert contrôle

clandestinement ces combines criminelles ». Cinq commissaires

chevronnés coururent courageusement Cours Clemenceau.

Cependant, coïncidence curieuse, cinq catcheurs corpulents,

cachés chez Célestin, complotaient contre cette civilisation

capitaliste complètement corrompue. Ces citoyens comptaient

canarder certain chef couronné considéré comme coupable.

Commissaires certifiés contre champions casse-cou : choc

colossal ! Ca castagna copieusement. Conclusion : cinquante

clients contusionnés, cinq cardiaques commotionnés, cinq

cadavres ! Ce chassé-croisé cauchemardesque chagrina chacun...

 

Foutrement fortiche, pas vrai ?

 

Les commentaires sont fermés.