11/08/2010

Où l'auteur cite un très véridique et révélateur extrait de correspondance autrichienne

L’autre, jour, aux Archives de la Ville de Salzbourg (Autriche), je suis tombé par hasard sur quelques fragments de la correspondance d’Helmut von Apfelstrüdel (1696-1775) qui fut, à partir de 1768, Conservateur en Chef du Musée des Beaux-Arts de la ville. Etrange destin que celui ce brave homme qui fut nommé à cette haute fonction après avoir exercé pendant 51 ans le métier d’instituteur, et qui eut à ce titre le privilège de compter parmi ses élèves pas moins de 3 générations de Mozart : le grand-père, le père, puis Wolfgang Amadeus himself et sa sœur Marie-Anna. Le professeur von Apfelstrüdel ne mâche pas ses mots vis-à-vis des membres de cette famille qui ne furent guère des élèves brillants (je cite) : « Ah, les Mozart ! Quel désastre ! Tous des cancres ! Jamais fichus de réussir le moindre examen ! Avant de faire carrière au Musée des Beaux-Arts, qu’est-ce que j’en ai busés des Mozart ! »

Les commentaires sont fermés.