20/09/2010

Où l'auteur dévore un auteur dont il est devenu 'ach'ment accro

 

Je recommande vivement au lecteur la lecture à doses immodérées des œuvres de Mr Hervé Le Tellier dont voici ci-dessous le frais minois. Cet éminent oulipien régulièrement en visite à Bruxelles possède, pour notre plus grand bonheur, une plume alerte, une solide culture, une imagination débordante et un sens de l’humour à toute épreuve, ce qui lui vaut de commettre plus souvent qu’à son tour des écrits qu’il serait sot de ne point lire. La seule évocation d’un court extrait de sa bibliographie devrait suffire à éveiller l’intérêt du lecteur attentif : « Les amnésiques n’ont rien vécu d’inoubliable », « Joconde jusqu’à cent », « Joconde sur votre indulgence » et j’en passe, renferment de vrais petits bijoux d’écriture avec de nombreux carats dedans. Je décerne cependant la palme d’or, ex-aequo, à la brillantissime et jubilatoire rubrique « Jakob Romanson ou le vent de la langue » de l’Encyclopedia Inutilis (où l’on apprend notamment pourquoi les textes sont réconciliés avec les pourquoi), et aux « Mille Pensées (Premiers Cents) » où l’auteur pointe ce fait paradoxal et incontournable : si les grands Q ont une petite queue, les petits q en ont une grande.

 A approfondir au plus vite !

le_tellier_assez_parle_amour.jpg

 

 

 

 

 

 

Les commentaires sont fermés.