19/02/2014

Où l'auteur, reniant ses valeurs fondamentales, traduit un groupe teuton non végétarien


Voici une traduction possible d'une chanson résolument charcutière découverte un soir de l’été 2013 au milieu d’une foule en délire non loin de Dessau-Rosslau, qui m’a amené à revoir sur scène cet artiste étonnant et généreux qui donne des concerts surréalistes, à acquérir, pour la découvrir, sa discographie complète, à aller lui serrer la pince, et même à échanger avec lui de la correspondance en français, langue qu'il cause diantrement bien.

 

Pinces à saucisse (par Rummelsnuff, titre original : Bradwurstzange, sur l’album Kraftgewinn, 2013)

 

Haché pur et lard de porc :

La composition de la saucisse est un secret bien gardé.

Le boucher mélange la viande,

Le cuiseur en chef attise la braise,

L’émincé dans son boyau est débité en tronçons

Et le grill est bien chaud.

On ne cuit pas à l’électricité ni au gaz ;

C’est bien mieux sur du charbon.

 

Refrain :

Pour tourner les saucisses comme il convient,

Pas besoin de pinces :

Les hommes, ici en Thuringie,

Les retournent carrément avec les mains

Avec les mains, a-vec-les-mains !

 

Bien sûr, la saucisse grillée,

Ce n’est pas vraiment de la nourriture légère ;

Nous avons donc une excellente raison

D’arroser le tout d’une bonne lampée d’alcool.

Mais le mieux, et de loin,

Est de faire passer le tout avec une bière foncée.

 

Refrain :

Pour tourner les saucisses comme il convient,

Pas besoin de pinces :

Les hommes, ici en Thuringie,

Les retournent carrément avec les mains

Avec les mains, a-vec-les-mains !

rummelsnuff-2011.jpg

 

Les commentaires sont fermés.