29/07/2008

Où l'auteur, malgré la chaleur torride et accablante, reprend la plume avec un courage admirable

Ami lecteur, c’est plus par désoeuvrement que par conviction que je rouvre à l’instant, de ma plume engourdie et d’un œil paresseux, les colonnes de ce blog endormi.

 

Que s’est-il passé de notoire au cours la longue période durant laquelle j’ai pris congé ? Peu de choses. Je citerais en premier lieu le décès du poète belge Jacques Izoard, qui avait fait à Théophile de Giraud et à moi-même l’honneur et le plaisir de sa présence vibrante et humoureuse lors de la présentation de nos booklegs respectifs à l’Aquilone à Liège, il y a quelques mois. Les retrouvailles avec une partie de ma famille non revue depuis quasiment une décennie. La sortie du CD live Moments de Front 242. Des concerts divers dans des endroits variés, et des tas de projets en préparation. Incidemment, j’ai également appris, dans la banlieue bruxelloise verdurée, un nouveau métier, ainsi que, du côté de Bergerac (Dordogne), la recette d’un savoureux apéritif à base de pamplemousse*, acquise entre une visite de grottes préhistoriques et un tournoi de badminton à l’ombre des vignobles (je sais : les vignobles sont de basse taille, mais l’ombre était rasante et la partie fut courte tant j’éclaboussai de ma supériorité physique, tactique et technique le joueur de sept ans qui me servait de partenaire).

 

* car l’homme ne vit pas que d’envolées superbes vers le Beau, le Sublime et l’Ethéré, il a aussi le droit, quand ça lui chante, de mariner sans vergogne dans le futile et l’alcoolisé.

 

Tout autre chose, encore que... (comme pourrait le dire Rocco Sifredi à la fin d'un tournage) : le lecteur averti des choses autoroutières l’est-il au point de savoir que l’autoroute E40 traverse non seulement la Belgique mais également l’Allemagne et la Pologne, et ne se termine qu’à la frontière russe ? En vérité, son parcours polonais (à l’autoroute, pas au lecteur averti) se résume pour l’instant à une simple plaisanterie de campagne encombrée de travaux, de feux rouges et de poids lourds en panne, ce dont mes camarades de 32crash et moi-même avons dû désobligeamment nous rendre compte samedi matin dernier en y marinant durant 3 heures en plein soleil pour en parcourir 100 pauvres petits kilomètres avant de nous rabattre sur une route bien plus sinueuse et pittoresque mais roulante qui nous mena au pied des ruines du château de Bolkow où se tenait l’annuelle Castle Party, un festival gothique fort bien fréquenté, rien que du bonheur. Je ne me souviens pas avoir jamais parlé précédemment à des Polonais (je n’avais d’ailleurs jamais mis les pieds dans ce pays), des Ukrainiens ou des Biélorusses, eh bien c’est chose faite, comme quoi il n’est jamais trop tard pour plus faire.

 

Bon, à part ça, l’auteur ne garantit nullement la poursuite intense de la reprise de son écrivage en ces colonnes, et retourne vérifier d'un pas traînant si la préparation de son apéro pamplemoussé se passe comme prévu.

 

Waregem2

32Crash au Gothic Festival à Waregem, 25 juillet 2008 - Photo par Vincent

 

15020

Pas loin de 40° en plein soleil même quasi-couchant. Les mêmes à Bolkow (Pologne) le lendemain du jour précité.

21/05/2008

Où l'auteur, n'ayant strictement rien à dire depuis plusieurs semaines, persiste avec ténacité dans le fermage de gueule...

... tout est dans le titre.

15/04/2008

Où l'auteur la boucle et illustre

 
JM
 
JL2
 
AM
 
GH
 
Modern Cubism @ DNA, 11 avril 2008 - Photos : Bernard Féron

06/04/2008

Où l'auteur fait le plein de génie généralement poétique

 

Le 20 mars dernier, quelques jours avant d’atteindre ses 62 ans, s’est éteint le génial et fantasque (ça va souvent de pair) Klaus Dinger. Pionnier de la musique électronique, il fut membre de Kraftwerk à ses débuts, fonda ensuite Neu! , puis La Düsseldorf, que je considère comme l’un des tout meilleurs groupes électroniques de l’Histoire, avec (seulement) 3 albums magistraux : La Düsseldorf, Viva (que j’ai bien dû acheter cinq fois en version vinyl tant je me l’écoutais en boucle – manuelle à l’époque) et Individuellos, contenant des morceaux sublimes comme Rheinita, Cha Cha 2000 et Ich Liebe Dich, entre autres.

 

dinger
Klaus Dinger, le génie de la zik électronique (à droite)
 

Parmi les artistes géniaux encore vivants, j’ai assisté cette semaine aux triomphes à Paris de Fabrice Luchini (au Théâtre de la Renaissance) et de Juliette (à l’Olympia). A peine remis de cette double claque phénoménale ponctuée d’une visite au Musée d’Orsay où j’eus les sens retournés par une série d’œuvres terrassantes au point que les mots me manquent pour en parler décemment, je m’en suis pris une troisième dans la foulée, de baffe, au FiESTIVAL Maelström ce samedi à Bruxelles, à l’écoute d’Ann Waldmann accompagnée/traduite par Marianne Costa et Pierre Guéry (qui interpréta un "Blues de la Reproduction" tout bonnement sidérant), Charles Coocoo, et les poètes et musiciens de la Troupe Poétique Nomade (que je viens de rejoindre) avec Dominique Massaut, Vincent Tholomé, Martin Bakero, Damien Spleeters, Théophile de Giraud et d’autres non moindres encore (du coup est née dans mon cerveau fertile l’idée d’enregistrer bientôt un album avec cette joyeuse bande au talent multiforme et non-sédentaire). J’ai interprété à cette occasion une double version oulipienne du Corbeau et du Renard, agrémentée de considérations fromagères étendues. Mon camarade Théophile se trouva fort aise que j'accordasse des vacances à son museau en quittant le siège voisin du sien pour aller déclamer au micro, tant les relents du Herve* que je tenais en poche pour illustrer mes propos commençaient à devenir insupportables à son petit nez mutin et fromajo-réfractaire.

 

* Le Herve est cette denrée fermentée belge ferme, légère et relevée, présentée en revêtement vert. En désenfermer le Herve révèle de revêches relents de sel, de ferments et de crème ; l’ensemble énerve très nettement le nez. Bref et certes, le Herve empeste et je m’empresse de le sceller derechef. Le Herve se sert en entrée et en entremets, et même, de temps en temps, se prend en dessert. Et ce n'est péché de s'en délecter.

 

La soirée se termina entre Poètes Nomades par une errance alcoolisée et rigolarde dans les bas-fonds bruxellois jusqu’au petit jour.

02/04/2008

Où l'auteur, collant à l'actualité du mieux qu'il peut, révèle des choses sidérantes mais finalement pas si incroyables que ça

La chose est à peine croyable mais bien réelle : les superbes poèmes de Monsieur Norge s’invitent sur scène pour quatre jours dès ce soir au Jardin de ma Sœur à Bruxelles (près de la place Sainte-Catherine), pour en savoir plus, suivez ce lien.

 Of course, j’en serai, emmenant avec moi un fort contingent d’inconditionnels. J’ai réservé les places il y a déjà longtemps tout en n’en parlant qu’à la dernière minute, car je ne tenais point à faire exploser sous la considérable capacité d'influence (ahem) de ce blog la billetterie très alerte de ce petit endroit précieux précédemment ignoré de moi et tellement bien sur le coup qu'il répond aux mails jusqu'aux heures les plus indues de la nuit. 

 

Beaucoup moins folichon : je viens d’apprendre que MM. Lambot et Gates, patrons de la société PIAS active dans la musique, qui distribuèrent jadis les disques de Front 242, viennent de recevoir le titre de Chevaliers des Arts et Lettres. Grand bien leur fasse. Mais permettez-moi de ricaner à cette nouvelle preuve de la lamentabilité de notre époque : des boutiquiers qui sont faits chevaliers ! Il n’y a sans doute pas assez d’Artistes Méritants dans ce pays pour qu’on attribue ce titre prestigieux non point à de Vrais Créateurs, mais à des commerçants bien plus préoccupés de rentabilité et de profit que d’art, de littérature ou de culture autres que sous leurs formes les plus dégradées, exploitables et commerciales. Dans une société où tout se récupère, s’achète et se vend, Arts et Lettres sont depuis longtemps moulinettés, conservisés et marketés comme de vulgaires marchandises (de Bas-Arts), et dans cette nouvelle donne, autant qu'on s'y habitue, ce sont les siphonneurs-de-talents-pour-en-faire-du-pognon qui empochent les sous et les honneurs. Ben voyons ! C’est merveilleux (et demain on canonisera Rocco Sifredi) ! Ne vous méprenez point à lire dans ces lignes la moindre trace d'envie de ma part : non seulement je ne me considère nullement comme un artiste (un artisan, à la rigueur), mais en sus je n’ai aucune ambition de reconnaissance hormis celle de faire passer quelques bons moments aux gens qui tombent sur ce qu'il m'arrive de pondre. Par contre, pour venir en aide désintéressée aux décideurs mous de la cervelle des Hautes Décorations Culturelles (dont on se demande s'ils y connaissent vraiment quelque chose), je suis en mesure de leur fournir gracieusement une liste motivée d'au moins vingt vrais artistes belges dont la nomination, elle, ne déparerait pas la hauteur supposée du titre qu'ils se targuent de décerner.

 

Allez, un peu d'audition d'oeuvres de Juliette pour retrouver la zénitude qui s'impose avant d'aller écouter les poèmes norgiens au cours de la belle soirée qui s'annonce.

 

PS : mon verdict post-visum: le spectacle sur Norge est une vraie réussite, nous sommes sept (identifiés) plus une trentaine d'autres (non identifiés) à avoir passé une soirée sublime et inoubliable. Courez-y !

27/03/2008

Où l'auteur, en pleine répétition, en fait un minimum, pour ne pas changer.

C'était il y a 10 ans, avec Cobalt 60, au club Underworld à Londres...

25/03/2008

Où l'auteur fait de la réclame pour une soirée chaude à capacité limitée

affiche 13

Où l'auteur fond à vue d'oeil et à ouïe d'oreille

Mettre le volume à fond et savourer sans modération !

Il s'agit de l'orchestre de Michael Nyman dans "Water Dances : Stroking". Si ce n'est pas du pur bonheur, reste pu qu'à se flinguer sur-le-champ.

24/03/2008

Où l'auteur, via un grand auteur, prend de la hauteur

 

Rhaaa, pris par les choses de la vie (du genre : une gastro-entérite tenace), je n'ai point le temps de détailler les choses sublimes qui font l'extase de mes jours. Comme par exemple aller à Reims voir Mr Peter Greenaway et lui serrer la main dans les loges après sa performance. Ou aller voir à Ottignies le merveilleux acteur Jacques Bonnaffé mettre en voix les textes de l'insurpassable Jean-Pierre Verheggen dans ce spectacle intitulé "L'Oral et Hardi" (*) qui est un must absolu que j'encourage vivement mon lectorat à ne point rater la prochaine qu'il se pointera pas loin de chez lui (vous, toi).

 

Or donques, en ce début de week-end, je m’en allai faire un tour, via les belgicaines autoroutes enneigées sur lesquelles le grand Théophile de Giraud soi-même se distingua dans l’art du véhiculage d’autrui chiffré à trois (sa compagne Frédérique, une amie et moi-même) via son parfait pilotage concentré sur route peu sûre, du côté de la Maison de la Poésie à Amay (entre Liège et Huy). Son nouveau directeur, David Giannoni, nous y accueillit à bras ouverts en nous remettant un fort joli "Agenda poétique" (courant du 21 mars 2008 au 20 mars 2009, que j'adoptai sur-le-champ) et nous fit visiter par le menu, sans omettre ni les chiottes ni la chaufferie, le bâtiment qui contient en son premier étage un ancien théâtre qui, contrairement au reste de l'ouvrage, est encore à rénover – et l’espace en est prometteur. Au milieu de cet endroit, des centaines de livres en vente libre, dont, ô miracle et magique coïncidence, le magnifique recueil consacré à Géo Norge pour l’anniversaire du centième anniversaire de sa naissance, paru en 1998.

 

Ah, Géo Norge, l’admirable Norge ! J’ai déjà avoué dans ces colonnes que depuis que j’ai (re)croisé la plume de quelques grands auteurs, dont MM. Baudelaire, Verheggen et Norge, l’amour quasi exclusif que je portais auparavant à la musique électronique à décoller les papiers-peints a pris un fameux coup dans l’aile, et que je trouve désormais bien plus de puissance, de férocité, de jeunesse, d’inventivité, de surprenage, de musique (eh oui) et d’intérêt dans les délirantes et virevoltantes pages écrites de la blanche et inspirée main de mes auteurs chéris que dans les disques et concerts marteaux-piqués suintant la course effrénée au bruit sans grâce pour décervelés indécrottables, puant le photocopiage à l’infini de clichés déjà mille fois ouïs et usés jusqu’à la corde où le chercheur le plus obstiné s’efforcerait en vain de traquer la moindre trace de créativité, la moindre ombre de projet artistique ou la plus vague trace de prise de risque. Inutile de venir me chercher sur le sujet, j’ai encore essayé pas plus tard que hier soir, j’ai failli gerber. Sur une île déserte, pas de disques, des livres ! Mais je redigresse.

 

Ayant donc, dans ce glacial théâtre amaytois, mis la main sur le sublissime ouvrage collectif Norge 1898-1990, Le centième anniversaire de sa naissance, Mons, 1998, je m’empressai de le dévorer des yeux mais pas tout, souhaitant m’en garder sous le coude pour le savourer plus tard dans le confort douillet de mon appartement feutré.

 
Je pense avoir converti à  Norge, outre mes camarades présents déjà acquis depuis belle lurette, une demoiselle qui s'y trouvait (une certaine Carla, originaire du Cap Vert, déjà rencontrée précédemment dans les milieux littéraires), qui me vit - bien que je fus discret - mettre le précieux ouvrage sur mon coeur par dessous mes vêtements afin qu'il y demeurât au chaud, et qui s'enquit de ma sollicitude en me disant qu'il s'agissait là certainement d'un auteur précieux pour qu'on prît si grand soin de son livre. Sous le regard hilare de mon camarade Théophile, le fou génial dont l'oeil d'aigle voit tout, je lui dis que oui et lui en lis quelques extraits. Sitôt fait, conquise, elle se rendit dans la salle du théâtre qui faisait boutique y faire l'acquisition dudit recueil, et il me semble avoir ultérieurement remarqué, par un coup d'oeil furtif, qu'elle y portait la même vénération que moi en le lisant dans un coin du bar. On y trouve en effet ce qui suit :

 

Art n’a que faire aux cités

Où sévissent

Arnaques, férocités,

Ou ces vices.

 

Ou encore :

 

Tout comme on devient serpent

En rampant

C’est le fol orgueil qui rend…

… qui rend paon.

 

Ou encore en plus :

 

A femme de sable,
Homme de vent,
Fille de songe et garçon de fable.
Les voici dansant, rêvant, vivant,
Les voici s'aimant longtemps, souvent,
Des jours et beaucoup de jours suivants,
Les voici chantants, inimitables,
Puis repris par les sables mouvants.

 

Et comme décidément les grands auteurs se rencontrent, il y a dans ce recueil un texte inédit intitulé « Un de son temps », où Mr Norge dialogue avec un certain... Mr. Bodelère. Tudieu, encore une belle boucle de bouclée. Je n’aurai pas assez du reste de ma vie pour traduire en mots toute l’estime et la gratitude que je porte aux auteurs précédemment cités, auxquels j’ajouterais indubitablement Georges Perec, Jean Tardieu et Dorothy Parker. Et bientôt Maurice Maeterlinck, dont les premières lectures m’enchantent, elles aussi. Merci à eux grâce à qui j’ai régulièrement, comme le dirait Norge, « rendez-vous dans la hauteur ».

 

Si je répète ma performance chaque vendredi et convertis à Norge une personne par semaine, la planète entière lira ce grand auteur dans un peu plus de 115 millions d'années. Voilà, je trouve, une noble cause.

 

(*) j'ai tendance à penser qu'il s'agit là du spectacle le mieux écrit depuis ceux de Pierre Desproges, ce qui n'est quand même pas rien.

13/03/2008

La très profonde pensée du jour

Pour les opérations particulièrement complexes, le chirurgien est obligé de recourir au tertouri (*).

 

(*) et dans les cas limite, me demanderez-vous, comment fait-il pour choisir entre le bistouri et le tertouri ? Ca, c'est un grand bis-ter.

12/03/2008

Où l'auteur, comme peu souvent, émet une indéniable opinion politique

 

(trouvé sur le net, légèrement remanié dans la forme)

 

Désormais, l'emblème du gouvernement belge sera le préservatif.

Ce caoutchouteux ustensile représente parfaitement la politique belge : il supporte l'inflation, vide les bourses, ralentit la production, bousille la prochaine génération, et surtout – surtout ! - protège les glands.

Il procure en outre un sentiment de sécurité alors même qu’on est en train de se faire baiser.

11/03/2008

Où l'auteur se fait didactique...

 
modern_fr

Où l'auteur relate par le menu ses 5 excellentes journées au Premier Festival OFF

Premier jour : mercredi 5 – la procession du livre.

 

Précédés d’un chariot sur lequel sont posées quatre balles de livres-martyrs pilonnés (déchiquetés et empaquetés en ballots de 250kg chacun), nous partons à plus de cent de la Place de la Monnaie vers le lieu du Festival afin de procéder à son ouverture, dans un ancien bâtiment industriel sis rue de l’Escaut, à un bon 3km. Chacun reçoit un livre à lire à voix haute sur toute la durée du trajet. Dur-dur de lire quand tout le monde autour de vous fait la même chose. Laurent d’Ursel, le détaché de presse, parfait dans son rôle, harangue avec hargne et drôlerie les troupes au mégaphone, passe dans le court cortège recueillir des bribes de lecture chez chacun, plaisante avec le commandant de la police qui nous supervise, parcourt 5 fois plus de distance que les autres marcheurs. Les badauds regardent avec étonnement ce groupe hétéroclite et brouhahaillant. C’est l’heure de pointe, une escadrille de policiers à moto bloque les grands axes quelques minutes pour nous laisser passer. Il fait un froid de canard. En cours de route, il se met à neiger. Doigts engourdis. Plusieurs marcheurs, dont les 3 ministres présents au départ (je n’ai vaguement reconnu que Fadila Laahan, je suis même très peu sûr de l’orthographe de son nom), renoncent en cours de route. Les autres s’accrochent. Destination finale, toujours au son de la voix sublimement rocailleuse de LdU. Récompense à l’arrivée : un verre de Moinette et l’inauguration du festival. Je fais le tour des stands, si j’avais le budget j’achèterais la moitié des bouquins présentés. Je me limite, en ce premier jour, à trois. 

 

Je rencontre Jean-Pierre Verheggen, lui remet mon bookleg, il sourit en en lisant quelques bribes, me félicite et me prodigue paternellement quelques conseils bienvenus et précieux pour survivre dans la jungle de l'édition, puis empoigne le micro pour entamer la slam-jam en fanfare par un texte puissant et savoureux, comme lui seul en a le secret. Suite à un quiproquo, je rate l’essentiel de la suite, mais l'ayant vu/entendu lui, L'Insurpassable, je m'en console.

 

Deuxième jour : jeudi 6 – * mode grand frisson* la séance de dédicace du premier livre de l'auteur

 

Après 28 années à n'oeuvrer qu'en tant qu'auteur de pétillantes chansonnettes boum-tchac, voici le moment de gravir une marche de l'interminable escalier de l'artistisme panthéonique : la sortie du premier ouvrage -ahem- sérieux car imprimé sur papier. Aucune raison de paniquer, j’ai déjà survécu à d’interminables séances de signatures d’autographes et de disques avec Front 242, ce n’est qu’un moment à passer, et court de surcroît puisque l’affaire ne doit ici durer que 30 minutes. A 16h30 tapantes, je m’installe sur un coin de table qui fait bien 20x15cm, mais c’est juste assez pour y disposer joliment plusieurs booklegs (« Tous Contraints, tome 1 », bookleg n°37 aux Editions Maelström). Comme promis, j’ai amené une (puis bientôt deux, faut boire grand) bouteille(s) de Champagne pour fêter la chose, mais c’est ma môman qui aura le privilège de flûter la première rasade. Je dédicace à tour de bras (ahem),

 

Festivaloff_-_09

à des gens connus (dont plusieurs ont parcouru des centaines de kilomètres) et à des inconnus. L’un des premiers visiteurs en prend quinze ( ! ) d’un coup, mais - ouf - ne me demande pas de les dédicacer tous. Epuisement des exemplaires sur place après 1'15" de dédicaces, j'ai connu des auspices moins prometteuses... me voilà contraint de sauver la situation en allant puiser dans le stock personnel que, mû par un sens étonnant de l'anticipation préventrice, je tenais judicieusement en réserve dans le coffre de ma Joséphine à moteur.

Levant alors mon verre à la santé des présents, je risque un vibrant et facétieux : « Trinquons tous à Tous Contraints ! ». Deux visiteurs subjugués par ce trait d’esprit brillant autant qu’improvisé m’en achètent illico un exemplaire... qui osera écrire un jour un ouvrage traitant de la contrepèterie comme argument de vente ?

A mon grand étonnement, David Giannoni (mon éditeur, photo ci-dessous), dont je n’ose croire qu’il eût pu être imbibé rien qu’avec un demi-verre de Champagne, empoigne soudain mon livre et me fait l’honneur d’en lire (brillamment) un extrait, celui qui raconte la vie de Jésus (sans la lettre e). Un grand moment. Suis émouvé.

 

Festivaloff_-_14

 

Je passe quasiment toute la nuit qui suit à travailler comme un forcené sur quelques chansons à terminer.

 

Troisième jour : vendredi 7 - le concert, la sortie de l’album de Modern Cubism, les délires du Docteur Lichic et le Pélerinage Nocturne

 

Cinquième concert déjà pour les poèmes baudelairiens électro-interprétés de Modern Cubism. Avec cette fois-ci les superbes (m’a-t-on dit avec raison) illustrations visuelles du maître-verrier Pierre Mansire (Action Lighting)

 

FestOff18

FestOff5

Projections de Pierre Mansire/Action Lighting lors de "La Mort des Amants". A droite sur la photo, Annick Moerman. Photos: Bernard Féron.

spécialement venu d’Amsterdam pour l’occasion. Quelques soucis sonico-techniques, on passe au-dessus. La fierté de la soirée : un grand auteur belge qui viendra nous dire -discrètement- qu’il a adoré. C’est aussi le jour de la sortie officielle de notre CD des poèmes de Baudelaire « Les Plaintes d’un Icare », je suis content que cela ait lieu dans le cadre de ce festival.

 

Une heure de recentrage plus tard (Baudelaire, ça pompe), je vais écouter la loufoquement désopilante conférence du Dr Lichic, éminent pataphysicien, qui s’est préalablement défoncé aux rythmes baudelairiens et aux alcools les plus divers, et qui expose maintes manières de sauver la Wallonie « par la valorisation industrielle éthique des embryons ». Le tout arrosé de vodka généreusement partagée avec l’auditorat hilare. Un grand moment de savoureux savant (allitération) délire.

 

Fin de la nuit à la Pilgrimage (électro-goth-alternative) Night, qui a lieu désormais au West Side, 52 rue des Chartreux, un endroit clean avec une excellente sono.

 

J’y reçois le livre fraîchement sorti de mon camarade Théophile de Giraud « Cold love, satanic sex and funny suicide » dont il m’avait demandé de rédiger le prologue, ce que j’ai décidé de faire en n’employant que les lettres des nom et prénom de l’auteur, une idée originale dont je me serais bien passé paske j’ai ramé, je vous dis pas. Je reçois aussi le CD du combo électrobelge Cruise Ctrl « I heard it » sur lequel je pousse la (une) chanson. Il y a des jours (mais bon, c’est pas souvent) où je me dis que j’en fais quand même pas mal.

 

Quatrième jour : samedi 8 - l’épâtante découverte de Dada Pâte suivie d’une rencontre avec Noël Godin

 

J’arrive tard ce samedi, sans savoir quel sera le programme car le site internet du Festival est tombé en rade en cours d’après-midi. Je suis immédiatement captivé par la prestation musico-vocale d’un jeune homme qui chante tout en s’accompagnant d’un petit clavier posé sur ses genoux et d’un laptop pas loin, parfaitement décontracté malgré les lumières dans la salle qui ne sont même pas éteintes. C’est électronique, frais, léger, brillant, parfaitement exécuté, avec des paroles en français, le tout moins innocent que ça en a l’air et trrrèèès infectieux pour les neurones. Après trois morceaux, je sais que je tiens là mon premier parfait concert de l’année 2008. Le set est court, bien en place et l’unique membre du projet a une belle présence, sobre et chaleureuse. Il s’excuse de ne pouvoir continuer car sa voix s’éraille, ce que je n’avais nullement remarqué, et termine par un instrumental. Ce one-man-band répond à l’improbable nom de Dada Pâte et a sorti un CD 8 titres en 2007 chez Matamore contenant notamment l’irrésistible « Princesse de poche », et  tourne désormais en boucle sur ma chènifi. Pour vous situer, sa musique évoque Taxi-Girl, Dominique A., parfois Yann Tiersen, mais pas trop Jéronimo contrairement à ce que me souffle un ami présent. Hautement recommandé. Vivement son prochain concert.

 

Je remonte d’un étage pour aller rejoindre au bar Théophile de Giraud qui converse avec Noël Godin,

 

gloup3
 

le célèbre entarteur. Conversations drôlatiques où je suis soudain aimablement promu, le temps d’une interview télé, entraîneur des gloupinesques lanceurs de tartes. Je glose avec emphase et concision sur  l’allègement de la crème, le musclage fluide de l’épaule lanceuse et le perfectionnement continu du tir entraînatoire chantilli-croisé sur cible mobile. Conversation plus proche encore tandis que je ramène le Gloupier chez lui dans ma Joséphine à moteur parce que, youpi, ce soir là je n’ai rien d’autre de prévu. Un homme hors du commun, vraiment. 

 

Cinquième jour : dimanche 9 - la dédicace de Milady et la magnifique clôture de Laurent d’Ursel.

 

C’est toujours un plaisir de retrouver mon excellente amie (parfois ennemie pour de rire) Milady Renoir, dont je fréquentai jadis les ateliers d’écriture, et qui, ô surprise, sort également un bookleg chez Maelström, qui porte le numéro 38, soit celui juste à côté du mien. Durant sa séance de dédicaces, ambitionnant de jouer au garde du double corps (la belle attend famille), je m’efforce de me tenir dignement à leurs côtés, mais un mal de dos persistant ainsi que l’attrait des œufs en chocolat à côté des booklegs (chacun sa méthode) ont vite raison de l’illusion de mon rôle rêvé.

 

C’est à Laurent d’Ursel que revient l’honneur de clôturer le festival. Il s’en acquitte par le biais d’une prestation magistrale et fulgurante au cours de laquelle il guillotine (pour de vrai, impressionnant) les livres de Patrick Roegiers et diatribe avec justesse, humour et férocité contre ledit auteur - présent sur scène également et qui joue parfaitement le jeu –, lui reprochant de vouloir, depuis Paris où il s’est exilé, de travestir l’essence de la belgitude en voulant la rendre sympathique et respectable après du public français (je résume). Les formules magistrales s’enchaînent (du genre : « La Belgique est une catastrophe et doit le rester »), il s’attarde sur le « Pauvre B. » de Baudelaire (j’adore : j’en ai récemment reçu d’un ami cher une précieuse copie, le n° XII d’une série numérotée de I à XV sur papier Japon extra Barjon, c’est dire si je tiens cet ouvrage rare en très haute estime) et cite le « On n’a jamais connu de race si baroque que ces Belges » par lequel –coïncidence- Modern Cubism commence ses concerts, mais voilà que je re-digresse. Ledit Laurent d'Ursel défonce tout sur son passage, se met rapidement le public en poche, sa prose atteint des hauteurs franchement desprogiennes et sa lecture parfaite propulse d’une voix puissante l’ensemble au panthéon des B.C.L.A. (Belges Choses à  Lire Absolument). Le public approuve et applaudit et je suis, comme mes voisins, quasiment plié en deux du début à la fin. Il a droit à une longue standing ovation amplement méritée, on ne pouvait rêver mieux pour terminer en apothéose. J’espère vivement que ce texte d’anthologie sera publié un jour.

 

Ah oui, incidemment, j’ai aussi converti l’une des (charmantes) hôtesses du bar au calimucho (moitié vin rouge, moitié coca, pas de gueule de bois le lendemain même quand on exagère. C’est Miss Z, la furieuse guitariste de Punish Yourself, qui m’y a initié l’été passé, et depuis je suis accro).

 

Si l'on m'avait prédit que je prendrais un pied gigantesque, début 2008, dans une abbaye puis dans un festival littéraire, je n'en aurais rien cru. Je ne tirerai pas de cet état de choses la moindre moralité pontifiante. Je me bornerai à conclure sobrement : m'ai bien amusé, vivement l'édition n°2 du OFF.

29/02/2008

Où l'auteur annonce la sortie de son premier ouvrage d'écriveur - qui certes ne sera pas le seul

 

En ce beau mois de mars, les Editions Maelström me font le privilège, l’honneur, le plaisir et l’avantage de publier mon premier ouvrage d’écriveur, "Tous Contraints, tome I : réécritures oulipiennes de textes célèbres", un recueil poétique format bookleg.

 

Derrière le titre un rien alambiqué se cachent une trentaine de lipogrammes - ou textes à contraintes - dans lesquels l’auteur, dans la ligne de l'Oulipo et principalement de Georges Perec, se prive volontairement de certaines lettres (souvent le « e ») pour réécrire à sa facétieuse manière des textes illustres de la langue française tels que des fables de La Fontaine, du Baudelaire, du Rimbaud, du Corneille, des extraits de la Bible et même du Brassens.

 

Ne négligeant aucune occasion de se rapprocher de son public qu’il compte bien rencontrer de tactu/visu, l’auteur dédicacera de sa blanche main l’ouvrage le jour de sa sortie, le jeudi 6 mars de 16h30 à 17h pendant le Festival OFF @ L'ESCAUT, 60 Rue de l’Escaut à 1080 Bruxelles (à 300m de Tours et Taxis). Les 5 premières dédicaces seront agrémentées d’un verre de Champagne, donc pressez-vous, mais pas trop, c’est de toute façon ma môman qui passera en premier. S’il est suffisamment imbibé de bulles et que l’endroit s’y prête, l’auteur pourrait même grimper sur les tables pour interpréter sous l’œil médusé du public, surpris quoiqu’averti, l’un ou l’autre de ses écritages pour montrer que l'écriture est vivante et faite aussi pour être lue, racontée et rie. Oh que c'est joli. 


Le bookleg sera disponible à la vente ( 3 EUR : c’est donné ! ) au susdit festival OFF (
http://www.le-off.be/ ) du 5 au 9 mars (entrée gratuite), puis dans toutes les bonnes librairies de Belgique qui diffusent Maelström (Tropismes, Filigranes, Yeux Gourmands…), et pourra être commandé par Internet dès la mi-mars sur le site de MAELSTRÖM - Editions en réévolution - à www.maelstromeditions.com, Tél./Fax: +32(0)2.772.06.03 - GSM: +32(0)497.33.73.25  Maelström fait partie du réseau de RéÉvolution Poétique !

J’encourage vivement le lecteur soucieux d'encourager une littérature alternative et de qualité à aller visiter intensivement  les deux sites ci-dessus et à participer aux innombrables activités du Festival Off, comme je le ferai moi-même sans réserve. J’y concerterai d’ailleurs le vendredi 7 mars avec Modern Cubism où nous interpréterons Charles Baudelaire et Géo Norge.

 

Au plaisir de vous y rencontrer.


15/02/2008

Où l'auteur fait, avec retard, dans la circonstance

 

Histoire en 14 mots, pour le 14 février, sans la lettre « e »,

avec chute explicitative.

 

Il a occis sa lady, salaud ! On l’a foutu illico dans un cachot.

 

[Chute (et moralité)] :

 

L’assassin va à Lantin.

11/02/2008

Où l'auteur se lance dans une probante comparaison entre appareils photographiques

 
fauccan

A gauche, un faucon avec un Nikon.
A droite, un vrai con avec un Canon.

Où l'auteur semble finalement s'être barré pour rien

 

L’auteur a récemment testé pour vous, avec fruit, la salutaire retraite silencieuse en abbaye.

 

Légèrement survolté autant que déphasé et dans la ouate (1), ces semaines dernières, par son incessante activité de petite abeille ouvrière et produiseuse, et peu après avoir été ovationner chaleureusement les celto-bardes de Tri Yann (2) à l’Olympia de Paris, il (l’auteur) a subitement décidé de rompre -unilatéralement, radicalement et pour une semaine- ses amarres avec la société consommante, ses exigences de rentabilité et son matérialisme outrancier, en allant s’exiler en les murs de l’abbaye d’Orval, au cœur de la Gaume à un jet de pierre de la frontière française pas loin de Florenville, 190km plus loin que Bruxelles.

 

cours-des-retraitants

Même s’il reste en ses murs peu de moines (beaucoup sont partis), Orval reste un fleuron sublime du partimoine (hihihi) monastique belge qui brandit haut(es?) et fort(es?) ses spécialités que le monde entier lui envie : son fromage à croûte lavée, sa bière, son fromage à la bière, non point sa bière au fromage -spécialité encore inédite attendant d’être créée (3)-, mais surtout le silence dense et habité qui règne en ses murs austères dont l’épaisseur isole le retraitant du monde et de ses absurdités, tentations et autres futilités aliénantes qui détournent l’homme de son vrai chemin, celui qui mène à Dieu et qui, en dehors de l'amour du chocolat, du handebal et de la poésie de Mr Norge, devrait constituer l'unique objet de préoccupation de l'humain (dans un monde idéal s'entend).

A l’immuable programme des journées de retraitage, deux bornes incontournables : se lever le matin et se coucher le soir ; entre les deux, ne rien faire ou presque si ce n’est déplacer sa carcasse dans l’immense réfectoire pour participer aux repas, dans la campagne environnante pour randonner dans l’air aussi ambiant que pur, dans la chambrette pour siester à toute heure, ou dans l’église pour ouïr grégorio-vocaliser les moines. Pour le reste, je ne m'étais muni, pour ne rien faire, que d’un dictionnaire, un tapis, du fil et des aiguilles. Bien évidemment, ni gsm ni radio ni TV ni internet ni journaux. Rien que du silence.

 

Contrairement à ce qu’imaginerait le commun des mortels pour qui l’idée de retraite semble généralement aussi incongrue que le serait pour la gallinette cendrée l’étude du succès de la culture de l'asperge au Pérou, il ne fut pas question d’ennui une seule seconde. J’eus par exemple l’occasion d’observer de près les mœurs particulières et passionnantes des moines dont j’en expose ci-dessous les unes ou les autres à mon lectorat sidéré (ou en passe de l’être).

 

-         La dernière cérémonie de chants de la journée s’appelle les complies et a lieu tard le soir. Le moine novice n’y sera admis que lorsqu’il aura préalablement fait montre de sa maîtrise dans l’exécution de tous les chants antérieurs de la journée ; le jour béni où il sera enfin admis à la cérémonie du soir, on dira de lui qu’il est devenu un moine à complies ;

-         Le répertoire des chants se renouvelle peu, et est fort rigoureusement cadré : s’ils psalmodient tous les jours les nones (chants du matin), on entend rarement les moines chanter McCartney ;

-         Certains moines sont notoirement moins doués que les autres en chant, parfois même au point d’être de vrais boulets pour la chorale ; si on destine les meilleurs chanteurs aux interprétations en solo, on utilise les boulets pour les canons.

-         Si les chants grégoriens sont si beaux sur disque, c’est qu'il sont enregistrés directement dans les monastères, et depuis toujours, sur des enregistreurs trappistes.

 

Ô retraite salvatrice (4) ! Ô calme souverain ! Ô tranquillité bienfaisante ! Ô motus bienvenu ! Sept jours sans media, sans voisins bruyants, sans paroles vaines, sans bruit de fond autre que celui du chauffage qui ronronne, des oiseaux qui cuicuitent ou des abeilles qui vrombissent pour butiner. Pas de discours crétinisants, pas de débats lamentables, pas de réclame consternante. La paix, le vide, le repos, le paradis quoi. Même si je ne l’ai pas rencontré, Dieu existe, allez Louis A.

 

Hélas… à peine revenu dans le monde avec sous les bras un kilo de chaque fromage et douze bouteilles de bière ambrée, l’auteur, décidément incorrigible, et bien qu’il ait à se lever tôt ce prochain matin, a repris ses mauvaises habitudes de blanchissage de nuit, y a qu’à regarder l’heure du postage. Il en sera quitte pour une nouvelle retraite, incessamment, et plus longue encore, ce dont il se réjouit à l'avance.

 

(1) métaphores électriques. Brillant, non? J'aurais même pu ajouter "...et ampère te de vitesse".

(2) album 'Abysses', sorti en octobre 2007, chef-d'oeuvre à acquérir absolument !

(3) pléonasme !

(4) "Encore une retraite de réussie !" comme disait l'abbé Résina.

23/01/2008

Où l'auteur, bien qu'encore petit aux environs des deux tiers du siècle passé, montre qu'il était déjà doué pour - ou au moins intéressé par - bien des domaines cruciaux de l'existence : ...

1) L'hygiène personnelle
2) L'histoire
3) La pose photogénique
 
tmpphpYUGNNm

tmpphpn6xchn

tmpphpWUehMq

21/01/2008

Où l'auteur se met en veilleuse pour de bonnes raisons

 
crctrl

Ah certes je sais que je ne me montre guère guère prolixe en ce lieu depuis le début de l'année, mais que le lecteur - avisé de mon sérieux et de mon assiduité aux tâches dont je me charge - soit informé que je n'ai guère le temps de chômer car, entre la publication prochaine de mon premier recueil de textes (Sonnez trompettes, grondez tambours, cela s'appellera "Tous contraints, I" et paraîtra chez Maelström), l'apprentissage du violoncelle, le tissage gigantesque en fils de laine d'un portrait de la déesse nordique Freya, la fréquentation de plusieurs littéreux belges notoires qu'il me navre de ne découvrir que si tard, l'Euro de handball, des apparaissages sur scène pour déclamer du Norge ou du Jarry, des albums et des concerts par ci par là, et de longues nuits réparatrices pour permettre le tout, franchement, j'ai à peine le temps de téléphoner à ma femme de ménage pour qu'elle vienne un peu ranger/nettoyer le boxon.

L'illustration du début vient à l'appui de ce qui la suit (qui précède), à savoir que non je ne fais pas rien.

03/01/2008

Où l'auteur, après avoir conclu, entame.

 

Résumer 2007 en une seule image ? Fastoche. Pour le reste, on efface tout et on continue.

PY1

 

29/12/2007

Où l'auteur, à l'instar de Brel dans "Les Bonbons II", fait (fort correctement son) "zob" !

 

Je subis par mail les recommandations périodiques d’un lecteur passablement obsédé qui souhaiterait plus de q dans ce blog. Comme ce n’est pas la première fois qu’il m’objecte à juste titre la monacale austérité des chastes propos que je tiens dans ces colonnes qui constituent à l'évidence un parangon de droiture éthique et de rectitude morale, je m’exéculte et je cause de sous la ceinture, rien ne m’effraie.

Voulant cependant considérer les choses sous un angle différent (de 180°), je discourrai du côté verso du recto (ou du rectal ?), pour parler non de chibre, de Mont-Chauve, de popol ou de callibistri, mais de zob, et même triplement, à l’aide de quelques bons tuyaux (je vous en prie) à moi transmis par une dame honnête, à la répartie élégante et judicieuse, et dont la réputation nimbée de probité (je vous en re-prie) se situe au-delà de tout suçon.

1) Il existe un fort bon club de feûtebal en Division I iranienne qui répond au doux nom de Zob Ahan (*). Je ne sais s’il est mal entretenu ou doublement pas propre, mais son capitaine s’appelle Salsali. Je n’invente rien, vérifiez par vous-mêmes chez Madame Wikipedia.

2) C'est au ZOB que vous aurez à vous adresser si vous souhaitez investir dans un zébu (pour lui tâter la croupe ou dans tout autre but, le second terme de cette alternative étant écrit dans le dessein d'effectuer une transition adéquate -je la trouve personnellement fort brillante- avec le sujet du point précédent). En effet, le Zébu Overseas Board (dont l’adresse se termine par un "org" comme un mot usuel bien en rapport -ahem- avec le sujet et qui n’est pas "organiste") affiche on ne peut plus clairement ses principes : "Tout en favorisant l'agriculture biologique et l'élevage traditionnel, le ZOB met en place un système de financement original où l'investisseur est en relation avec l'utilisateur des fonds placés". Bon, ben allons-y à bien à fonds avec le ZOB, alors.

3) Depuis quelques semaines, des affiches fleurissent sur les vitrines d'H&M avec ce message prometteur : "Un job à votre taille". Je ne sais pas vous, mais moi j’irais bien un de ces soirs coller un "z" sur le "j"...

 

(*) côté recto, il y aussi le nettement plus célèbre club argentin de Lanus, tout récent champion d’Argentine, qui donne régulièrement lieu aux commentaires les plus affligeants du genre : « Une prestation qui restera dans les annales » ou « Encore un match à chier », « Excellent gardien : rien ne passe », « Ca joue fort regroupé derrière », « Lanus est bien en train », « Lanus veut transférer Kaka », « Lanus a le vent en poupe »,  etc. Bien entendu (depuis le temps, le lecteur me connaît), je me désolidarise franchement et sans réserve ni ambage de ce genre d'humour potache et populassier qui ne me fait aucunement pouffer.

24/12/2007

Où l'auteur, submergé par "la chose", barbote béatement dans le sublime

 

La chose vient par surprise, et même si on la connaît d’avant, à chaque coup c’est la première fois. Alors – boum – ce fut rebelote cette semaine lors d’une visite à l’exposition Le Grand Atelier (sous-titre : Chemins de l'Art en Europe, Ve - XVIIIe siècle) au Palais des Beaux-Arts de Bruxelles jusqu’au 20 janvier.

 

Le contexte m’étonna un peu puisque je pénétrai cette expo dans un état d’esprit méfiant, m’imaginant tomber dans un fourre-tout de propagande laudative à la gloire de l’unité européenne qui aurait prétendûment préexisté sur le plan culturel et artistique bien avant que de se réaliser au plan économicopolitique (*). Bien que je ne réussis point totalement à chasser de mon cerveau assombri ce tenace a priori, je fus cependant largement convaincu par l’excellence des œuvres présentées qui  témoignent de qualités artistiques élevées innombrables dont les arts contemporains paraissent, par contraste, largement et singulièrement dépourvus, car hélas et entretemps, l'industrialisation, et à travers elle la tyrannie du répétitif, du préformaté et de l'ordinaire, est passée par là.

 

C’est dans ce contexte résolument non serein que je tombai nez à coeur avec le Buste d’Homme Accoudé de Nicolas de Leyde, et je fus instantanément pétrifié d’admiration béate et de ravissement contemplatif avec dedans des vrais morceaux de délectage et de frissonation allant de là à là voir figures A à C. Il s’agit d’une sculpture de taille modeste (à peine 50 cm de haut) dans du grès rose, dont la seule illustration que j’ai retrouvée sur internet ne rend aucunement justice à la réalité de cette œuvre, dont la beauté et la magistralitude est infiniment supérieure à ce que la photo en laisserait penser.

 

img_1153937529531

 

Cette sculpture date de 1465-1467 et elle est cependant aussi dinguement que modernement  contemporaine, si je puis me permettre cette juxtaposition oxymoronesque d’adjectifs redondants, si je puis etc.

 

Je me calai donc, en position debout  - puisqu’aucun siège ne se profilait dans un environ raisonnable -, les yeux grands ouverts, légèrement frissonnant sous le coup de l’exaltation quoique bien campé sur mes deux jambes musculeuses endurcies aux innombrables longues trottes que je me farcis régulièrement pour me garder au faîte de la fréquentation du Beau, et je jouis pleinement du bonheur difficilement dicible qui émanait du visionnage de la susdite sculpture qui inondait à flots mes sens, mon cœur et mon âme : rien que de l’essentiel, de l’universel, du magistral et du sublime, en toute simplicité, par un artiste au sommet de son art. Rien de moins qu’un chef-d’œuvre absolu, toutes époques et disciplines confondues.

 

Je me surpris, durant cette intense période de silence et de communion avec le Talent Pur, à retrouver ma zénité et même à ressentir une certaine émotion teintée de fierté d’appartenir à la même race planétaire que ce Nicolas génial, oubliant un moment que ses semblables sont aussi les auteurs/reproducteurs zélés et persisto-signants d’une liste interminable de réalisations consternantes parmi lesquelles - et sans mentionner les pires - la déforestation sauvage, le génocide allègre, l'individualisme à tout crin, les frontières linguistiques crétines, le matérialisme inhumain, les armes à uranium appauvri, les camps de concertation négationnistes et la télé-réalité décervelante. Mais voilà qu’une fois de plus, après avoir pourtant évoqué des muscles, je dis graisse…

 

A me remémorer ces instants magiques et virevoltants d’échappée nicola-gréso-bozartesques hors de la médiocrité de la noirceur du temps, j’en (et Jacques en ferait de même s’il était encore parmi nous) chancelle derechef avec secousses d’électricité douce d’ici à la, voir les figures qui précèdent.

 

La charmante demoiselle qui m’accompagnait à cette occasion, qui avait tout vu et tout compris du subtil désarroi émerveillé dans lequel Monsieur de Leyde venait de m’immerger plus de cinq siècles après son départ pour des cieux plus cléments, se contenta, à mon retour vers ici et maintenant (c’est-à-dire là-bas il y a quelques jours), de poser sa tête contre mon épaule et de glisser sans un mot sa douce main en la mienne ravie. C’est peut-être un détail pour vous et ça n’a pas nécessairement quelque chose à voir, mais avec le temps j’apprécie de plus en plus les gens qui, au plus fort du creux des moments inoubliables, n’oublient pas de fermer leur gueule.

 

(*) au vu des dernières péripéties autourant la formation du gouvernement belge, je fus fort tenté de faire disparaître de cet adjectif composé la syllabe ‘no’.  

 

21/12/2007

Où l'auteur présente une oeuvre artistique contemporaine majeure

 
cockaigne

Vincent Desiderio - Cockaigne (1993-2003)

Avec dedans des vrais morceaux de René Magritte, Pierre Brueghel et Chuck Close, entre autres.

 

18/12/2007

Où l'auteur cause handball, jolies madames, sublime spectacle et talent gigantesque

 

De toutes les équipes du Mondial de handball féminin qui vient de se tenir en France et dont je fus un observateur attentif et passionné durant les deux dernières semaines, la meilleure était sans conteste la Norvège, et ce en vertu de quatre éléments incontestablement objectifs :

 

1- Pour moi qui suis un fan absolu de Géo Norge, c’est un régal de voir évoluer une équipe de handball dont les joueuses ont son nom écrit sur le dos. La preuve par l'image.

 

Norge!

Un match de hand entre Géo Norge et Chick Corea ?

2- Plusieurs handballeuses norvégiennes portent des prénoms rigolos : c’est ainsi que Mademoiselle Hammerseng, la meneuse de jeu, se prénomme Gro, et que Mademoiselle Snoereggen se prénomme Goril. Il me plairait de les rencontrer un jour en vrai et de les saluer d’un jovial « Salut Gro ! Ca va, Goril ? ».

 

3- Ces demoiselles sont, pour la plupart, franchement ravissantes. Gro Hammerseng aurait pu faire top-model sans problème.

 

gro_-_oct_06

hammerseng

hammerseng_bo_amstrup_1192556943

Gro Hammerseng (27 ans, 1m80, 124 sélections, 483 buts) x 3, ci-dessus face à la France, entre Sophie Herbrecht et Nina Kamto)

4- Cette équipe possède non seulement des individualités remarquables (outre les susnommées, il faut citer la gardienne Katrine Haraldsen, qui signa le meilleur taux d’arrêts de ce Mondiam, et Katja Nyberg, qui fut élue meilleure joueuse malgré sa finale désastreuse, voir ci-dessous), mais elle joue d’une manière collective, élégante, rapide, fluide et efficace ; sans aucun doute, c’est l’équipe qui est à la pointe du handball moderne.

 

Je me rendis au Palais Omnisports de Paris-Bercy jeudi et dimanche pour visionner en vrai de visu les quarts de finale puis les finales de ce Mondial d’un niveau assez hallucinant. C’était la première fois que j’avais l’occasion de voir à l’œuvre successivement les huit puis les quatre meilleures équipes du monde, tous sports confondus. Et le spectacle en valut la peine, avec son lot de gestes techniques prodigieux, de phases collectives époustouflantes, et de retournements de situations rocambolesques, bref du grand art et des émotions fortes.

 

Le jeudi, je notai le jeu débridé de l’Angola, fer de lance de la progression africaine, qui a finalement terminé ce Mondial à la 7ième place. Je notai qu’aux buvettes bercyennes, l’ingurgitage d’une tartine et d’un Coca déleste le consommateur-pigeon de 10 EUR. Je notai l’excellent match de la Hongrie et de sa vedette Anita Görbicz (ravissante elle aussi) face à une Russie ennuyeuse à mourir mais solide et disciplinée qui s’imposa finalement d’un petit but (36-35). Je notai qu’il fallut à la Roumanie deux prolongations pour venir à bout de la France, tenue à bout de bras par 15.000 supporters survoltés, qui ne tint pas la distance (34-31) mais qui allait pourtant bien se reprendre dans ses deux derniers matches de classement pour terminer finalement 5ième.

 

Le dimanche, je retournai dans l’antre parisien en un autocar bien rempli d’une bonne partie du gratin du handball belge : plusieurs dirigeants de la fédération (dont l’un avec qui je jouai deux saisons de suite il y a déjà… 34 ans), des arbitres internationaux, des joueurs de premier plan et des connaisseurs avisés, presque tous néerlandophones. Ambiance bon enfant.

 

Lors de la finale pour la 3è place, personne n’aurait misé un kopeck, à la mi-temps, sur l’Allemagne qui se retrouva menée de 7 buts (11-18) face à la Roumanie. En seconde mi-temps, les coéquipières de la colosse Grit Jurack (meilleure buteuse de ce Mondial) revinrent pourtant à égalité avant de se refaire distancer de 7 buts à nouveau, mais revinrent encore pour arracher le match nul et forcer les prolongations au cours desquelles elles finirent par s’imposer méritoirement et contre tous les pronostics (36-35).

 

Et la grande finale fut remportée, sans aucune discussion, par la Russie face à la Norvège (29-24). Les joueuses Russes, magistralement emmenées par Anna Kareeva (6 buts sur 8 tirs) ont réalisé le match parfait, d’un niveau largement supérieur à tout ce qu’elles avaient montré jusque là, perdant peu de ballon en attaque et n’offrant ainsi aucune possibilité de contre-attaque, tirant au but à bon escient, défendant magistralement, avec en dernier rempart la gardienne Inna Suslina (élue meilleure joueuse du match) en état de grâce, qui dégoûta les tireuses Nyberg et Snoereggen suscitées dont les statistiques de réussite aux tirs furent respectivement de 1/7 et 1/5, ce qui est franchement catastrophique et ne leur ressemble aucunement. Ce n’est donc pas la meilleure équipe du monde qui a gagné, mais, au vu de la rencontre, la victoire russe est totalement méritée. Une grosse pointe de regret quand même pour la Norvège qui, lors de la rencontre décisive, n’a pas montré son vrai visage…

11/12/2007

Où l'auteur met en exergue un palindro-lipogramme

 

Un palindrome est un texte qui se lit à l’endroit et à l’envers.

Un lipogramme est un texte qui exclut certaines lettres de l’alphabet.

Gilles Esposito-Varèse a combiné les deux dans le texte ci-dessous, qui exclut 12 des 26 lettres de l’alphabet, et qui se lit (difficilement) à l'endroit, mais bien mieux en retournant son écran, donc bien à l'envers.

i opop : snou-suowwosse (snqe uos no sn uos ns e uo) snou-suosued 'ehew xeuedodo,p - xnepouhs swnwwns xne snou-suodnp 'snou-suodop nsued epued un,p no eoq uoq un,p suodnos qeqoeq seq un snos snu seqwes sou suosuep qeqeu ne ewnd un 'npop uoed un suopuew i seded xne suewew sou suopnos : swep sou suonbsew uopueqe xnop un suep - noqweq ne seueue,p eddeu uo,nb uownes np 'ueueu np suossewe i suop sou snos 'sueq sou snos wepe suonopewe edwhs ozno un suep xnew sou suohou snou no suopnoq snou 'sueshed - xnehoq sou suonou snou 'sedwed sou suep snssoq 'pns np suossnow sou snos suophxo snou snou puenb : « snoded » suowwou snou snou

Sidérant, non ?

Ce petit joyau est extrait du site Fatrazie ( http://worldserver2.oleane.com/fatrazie/ ), un must pour tout oulipien qui se respecte.

09/12/2007

Où l'auteur, prêt à se réfugier sur une colline française au sommet de laquelle l'attendent une chaumière bien chauffée et quelques amis sûrs, propose d'en finir

 

On me demande une épitaphe
Pour la Belgique morte. En vain
Je creuse, et je rue et je piaffe;
Je ne trouve qu'un mot: "Enfin!"

Charles BAUDELAIRE

04/12/2007

Où l'auteur dresse avec conviction le Pannini Générique d'un sport admirable même dans sa version féminine dont c'est le Mondial en cet instant même

 

Le handball est un sport viril dont la version femelle fournit un passe-temps digne d'intérêt aux dames qui considèrent que le rugby est un sport de gonzesses, En effet, c'est à juste titre que les moins tapettes de nos alter ego féminines considèrent qu'il est infiniment plus jouissif de se faire arracher un bras plutôt que de se faire plaquer par les jambes (peuh!), de choir en plein galop sur une surface dure plutôt que sur de l'herbe moëlleuse (fi!), et de tirer à la main avec un petit ballon rond dans un but défendu par une gardienne qu'on peut éventuellement assommer au passage (yesss!) plutôt que d'aller poser un ballon ovoïde derrière une ligne blanche même pas sniffable ou de tirer au pied par-dessus un en-but défendu par personne (billevesées!). Et d’infliger la réciproque à l’équipe d’en face. Ce sport plaît, accessoirement, aux hommes trop ravis de voir, saucisson et chopine à la main, leurs douces compagnes enfin leur lâcher la grappe et s’en mettre plein la tronche entre elles sur un terrain pas trop grand avec ralenti subséquent - et en gros plan - sur partout où ça castagne.

 

Dans ce sport éminemment rugueux voire proche du brutal quand les arbitres déconnent, ce sont évidemment les nations européennes qui dominent, quoique des nations d'autres continents puissent à l'occasion créer la surprise. Je pense en particulier à la Corée du Sud dont les équipes nationales pratiquent le hand avec une rapidité et une précision tout à fait sidérantes mais que, hélas, leur faible gabarit moyen empêche d'atteindre les vrais sommets, tant il est vrai que les Asiatiques des deux sexes sont frêles et chétifs, et que la taille et le poids sont en handball des atouts de choc, ce qui est d’ailleurs le seul point commun entre ce noble sport et le rugby précité.

 

On le sait trop peu: la France handballante du sexe pas si faible a déjà remporté un Mondial, c'était en 2003 dans des circonstances homériques puisque les ouailles de Mr Krümbholz (c'est l'entraîneur, qui comme souvent possède un nom péniblement orthographiable), bien mal embarquées dans la finale, avaient remonté dans les 6 dernières minutes un handicap de 6 buts, infligeant à l'instar d'une Justine Hénin déchaînée un cinglant 6-0 à l'équipe norvégienne adverse qui encaissa sans réagir une demi-douzaine de buts consécutifs, soit une double triplette, et c'est rien de le dire même en multipliant les pléonasmes.

 

C'est précisément en France que, depuis ce dimanche, le Mondial 2007 féminin bat son plein - parce que s’il battait son vide ce serait d’un ridicule achevé -, ce qui donne une bonne occasion au pays local (qu'on peut qualifier aussi d'autochtone, voire de topique) de rechausser une seconde fois la couronne du sacre suprême (pour une couronne, ne conviendrait-il pas plutôt d'utiliser le terme "retêter" afin d’éviter une salade de membres ? Je m'interroge). A l’immense satisfaction de l’amateur avide généralement frustré de la sous-médiatisation persistante de ce sport sublime, pour la première fois lors d'un compétition handballifiante, TOUTES les rencontres sont suivibles en direct sur internet. Certes, ça me fait un beau bras (*) quand il y en a quatre (de rencontres) qui se jouent simultanément, mais cela permet d’admirer à l'oeuvre et en principe la totalité des équipes quand on a suffisamment d’écrans et de paires d’yeux, et de comparer les styles, les forces, les faiblesses, les coupes de cheveux, couleurs des maillots et autres choses bien utiles pour se faire une idée de sur laquelle des équipes il faut miser des picaillons chez Monsieur Ladbroke ou Madame Unibet afin de tenter de relever l’ordinaire en beurrant ses épinards pour peut qu’on ait eu le flair adéquat lors du pronosticage.

 

On n'en est qu'au tour préliminaire – mais ruez-vous quand même, ce soir c’est déjà la fin du tour susdit - et pourtant le public, enthousiaste autant qu’ébahi, a déjà pu assister à une première surprise de taille XL : l'élimination de l'Ukraine, pourtant médaille de bronze aux derniers J.O., et qui rêvait de podium, suite à deux défaites d'emblée contre l'Allemagne et la Corée. Et un second étonnement se profile avec la probable et imminente élimination du Brésil, qui avait pourtant battu la France en match de préparation. Parmi les équipes qui impressionnent, tout en cachant soigneusement leur jeu comme c'est de mise avant que les choses sérieuses ne débutent vraiment, on note la Russie, championne du monde en titre, la Norvège, la Roumanie et la Hongrie. Je suis pour l'instant plus réservé sur la France, qui n'a pas dû sortir le grand jeu pour venir facilement à bout de deux équipes de second plan (Argentine et Kazakhstan). Les Hexagonales jouent ce soir contre la Croatie, on verra plus clair sur leurs réelles possibilités à l’issue de ce duel fort attendu.

 

Au vu du niveau de jeu, je suis fort jouasse d’avoir bien à l’avance réservé des places pour aller assister en direct là-bas de visu sur place et de mes yeux, au stade de Paris-Bercy, aux quatre quarts de finale ainsi qu’aux quatre finales (pour les places 1 à 8) en fin de semaine prochaine. Et dès le 19 janvier, ce sera le tour de l’Euro masculin ! Régalade assurée.

 

 

(*) Si je causais foutebal, je dirais évidemment "une belle jambe".

Où l'auteur montre que 2007 fut un grand cru pour les agroglyphes

Agroglyphe est le terme savant utilisé pour désigner les cercles dans les champs de blé qui apparaissent mystérieusement partout dans le monde (surtout en Grande -Bretagne) depuis fort longtemps, et dont personne n'a encore réussi à fournir d'explications plausibles ni sur leurs auteurs, ni sur la manière dont ils sont créés, ni sur leur signification.

Ceux qui ont pu être observés 2007 sont de qualité inégale, mais plusieurs sont superbes...

01/12/2007

Où l'auteur narre une anecdote familiale signifiante d'une portée indubitablement universelle

 

Pour le côtoyer à cadence modérément soutenue, j’observe que, sous des dehors rigolards, on peut sentir poindre chez mon petit neveu Robin (5 ans) la Très Haute Sagesse dont son tonton chéri est le plus humble (ahem) dépositaire au sein de notre famille valeureuse où les valeurs ancestrales de droiture, zénitude, probitage et équitation (liste non exhaustive) sont transmises et entretenues de branche en branche de l'arbre généalogique avec un soin et un talent considérables, valeurs dont je me targue d’être le digne héritier et dont j’entends bien que la génération nouvelle soit pétrie à son tour.

 

Voici donc une anecdote révélatrice à propos du pointage du nez de ladite sagesse, qui se révèle souvent dans les circonstances les plus triviales.

 

Imaginez la scène : au volant de la voiture familiale : ma douce et tendre mère ; sagement assis sur le siège arrière : le petit Robin. Quittant automobilesquement son domicile, ma maternelle vit une première fois sa route empêchée par un zigoto ayant stationné en double file un véhicule dont il avait abandonné le volant ; l’affaire se passant dans une rue étroite à sens unique, ma mamounette fut donc contrainte de monter sur le trottoir de gauche pour poursuivre sa route. Quelques dizaines de mètres plus loin, exactement le même cas de figure. Un brin excédée, voilà ma génitrice qui déclare, comme beaucoup l’auraient fait : « Mais quelles andouilles, tous ces conducteurs ! ».

 

C’est alors que s’éleva du siège arrière, claire et sereine, la voix de la sagesse qui déclara posément : « Non grand-mère, pas tous. Seulement deux. »

 

...

 

Tout à fait accessoirement et bien loin des sommets extatiques atteints dans les paragraphes précédents de ce post, on a appris aujourd'hui sans surprise que le très consternant Yves Leterme, dont j'ai toujours soutenu dans ces colonnes (celles du blog précédent incluses) qu'il était un nul de chez nul, a totalement échoué dans sa mission de formateur du gouvernement. Six mois pour rien, je l'avais dit dès le début, ce type n'a en rien la carrure d'un chef d'état. J'avoue avoir du mal à comprendre comment il a pu obtenir 800.000 voix, et je plains mes amis flamands - surtout dans leur éventuel avenir hors Belgique - si ce type est vraiment représentatif de la qualité de la nouvelle génération de leurs hommes politiques. Le comble, c'est que le président de son parti (le CD&V, incontournable) a déclaré que la participation dudit parti au prochain gouvernement était assortie de la condition que Mr Leterme soit premier ministre. On risque donc de retrouver envers et contre tout le guignol à la tête de la Belgique malgré ses états de service lamentables au plus haut niveau. On croît rêver, mais on n'a sûrement pas fini de rigoler. Si le ridicule tuait, la classe politique belge serait décimée. Il n'est même pas sûr que le pays puisse s'en porter plus mal.   

29/11/2007

Où l'auteur, pour exprimer son agacement, se fend d'un post qui taille

 

Ceci est un message non équivoque à la mafia des Très Hautes et Inaptes Sommités Exploro-Négocio-Concilio-Formantes grâce aux oeuvres desquelles la Belgique est sans gouvernement depuis bientôt six mois.

 

Vous êtes des snuls, des minables, de lamentables fâcheux, de notoires andouilles, des édiles microscopiques, de pitoyables saucisses, de regrettables margoulins, des indigents du bulbe, de tristes cloches, de miteux maquignons, d’effroyables gestionnaires, de consternantes clenches, de néfastes non-doués, de déplorables magouilleurs à la minuscule demi-semaine, des pouilleux sans envergure (ni endroigure non plus, d’ailleurs), bref des total-zozos.

 

Vous ne méritez guère mieux que d’être déportés sur une île déserte et loin de tout, de préférence non référencée sur les cartes et oubliée dès votre larguage (que je souhaiterais personnellement plutôt directement dans l'eau), où vous pourrez à l’infini débattre de vos querelles mesquines, de vos égoïsmes bornés, de votre ubuesque subexistence et de votre abyssale et insoutenable prétention à vouloir vous mêler de régler les problèmes de ce pays.

 

Je vous oublierai très vite et sans regret. Par contre, il est une chose que ne n’oublierai pas, en souvenir de ces jours maudits où votre inaptitude manifeste au dialogue et vos manquements inqualifiables à la plus élémentaire obligation de résultat ont atteint leur quintessentiel paroxysme, et quelle que soit l’issue de ce brin dans lequel votre insondable zéroïtude a plongé dix millions de personnes : je vous promets solennellement, en guise de protestation légitime, persistante et solennelle, de ne plus vous accorder ma voix jamais, ni à vous ni aux vôtres, en aucune occasion et pour quelque élection, referendum, plébiscite ou scrutin que ce soit, jusqu’à mon dernier soupir qui, lui non plus, ne sera pas pour vous.

 

Vous n’aurez même pas, bien évidemment, la décence de renoncer à vos plantureux émoluments pour la période susdite pendant laquelle votre manque flagrant des compétences minimales requises en matière de choses publiques vous auront permis, tout en paradant grotesquement devant les média tels de navrants animaux de zoo et de basse-cour en rut, de paralyser ce pays tout en le ridiculisant à la face du monde entier, comme si les prestations de l’équipe nationale de fouteballe n’en avaient déjà pas fait assez.

 

Je me gondole d’avance à l’idée de vous voir revenir, la tronche enfarinée et le sourire avenant, le costume frais et la main tendue des faux-culs sans vergogne, quémander des voix lors de la prochaine sortie des urnes, isoloirs et assesseurs, avec la jovialité, la compassion et et l’humilité contrefaites dont vous êtes les champions, et nonobstant vos bilans désastreux que rien ne saurait excuser. Le grand Gloupier lui-même au sommet de son art n’aurait pas assez de mains, de jours ni d’acolytes, et la production pâtissière mondiale pas assez de crème que pour vous entarter la figure à la mesure de vos mérites de cornichons, vous qui dans le pompeux détenez le pompon.

 

Quant à tous ceux qui, derrière vous ou en coulisses, se poussent du col et profitent de vos pénibles débats ne débouchant jamais sur rien pour mieux promouvoir leur propre merde où pour en retirer du profit personnel, je vous pousse, bandes de rats arrivistes, cohortes de tristes flagorneurs serviles, dans la même fosse puante de l’ignominie d’où suinte l’épouvantable remugle de la bassesse et de la nullité au cube, qui est le seul endroit qui corresponde adéquatement à vos vrais talents, et où vous aurez tout loisir de continuer à creuser encore davantage et toujours plus profond vos taupinières dans le fond de la bêtise.

 

Je termine prématurément ici tant il nous répugne, à mon clavier et à moi, d’avoir déjà consacré autant de temps et de lignes aux imbuvables guignols que vous êtes.